(Français) TV Show Review: Castle, In The Belly of the Beast, 6×17

(Spoilers, spoilers everywhere si vous n’avez pas vu l’épisode) (Et si vous ne l’avez pas vu,…. Qu’est ce que vous attendait??)

To read in English it’s there

C’était l’épisode phare, celui qui était partout dans les articles de blogs, les trailers et sneak peek nous ont fait saliver et stresser pendant des jours et finalement il est la ce 6×17 de Castle.

Alors on va pas y aller par quatre chemins, c’est un peu la perfection cet épisode. Il est peut-être un peu trop prévisible mais il était nécessaire pour faire évoluer la série donc pardonnable. Un capitaine des Narcotiques demande l’aide de Beckett pour aller à la place de son indic à un simple rendez vous dans un hôtel pour voir la tête de son contact. Deux heures top, elle sera rentrée pour le dîner,… Bon, évidemment rien ne se passe comme prévu et elle se fait enlever avant même d’arriver à destination. Les événements s’enchaînent et s’aggravent à mesure que l’épisode avance.

Si tu étais pas déjà complètement amoureux(se)/en totale admiration/complètement ébloui(e) par Stana Katic maintenant c’est sur tout le monde est à égalité. Qu’elle joue une Beckett adorable au début avec Castle, ou briser à la fin lorsque elle se rend compte que la prochaine fois qu’elle se retrouve devant Bracken un des deux n’en ressortira pas vivant en passant par toutes ses scènes en infiltration. C’est difficile de choisir une scène. Physiquement, elle est extraordinaire pendant la scène où l’on vérifie qu’elle ne porte pas de micro et évidemment la scène de torture (c’est bien ils pourront comparer leurs notes avec Ryan). Mais émotionnellement, la plus belle scène est pour moi celle où elle écrit la lettre. Stana a une voix magnifique ( je crois que je ne me suis pas encore remise de l’entendre parler russe dans cet épisode) et à la fois les mots (encore une fois chapeau à Andrew Marlowe et David Amann) mais la manière dont elle les dit… Alala, c’était beau. :)

J’ai beaucoup aimé Gates dans cet épisode, à chaque fois qu’Andrew est aux commandes elle prend plus de volume. Pour ce qui est de Castle, Ryan et Esposito on ne les voit pas assez pour vraiment critiquer ou admirer leur boulot.

Pour l’intrigue en elle-même le retour de Vulcan Simmons ( le mec que Beckett a balancé contre la vitre de la salle d’interrogation parce que ce connard a des liens avec le meurtre de sa mère) était pour le coup une agréable surprise. J’adore le détester. Après, le voyant, c’était sur que Bracken était dans l’ombre ce qui m’a un peu gâché le plaisir. Et si ce n’est pas plaisant à voir, le fait qu’il se présente pour la présidence était aussi à prévoir après sa dernière apparition dans le show.

Encore un très gros épisode pour cette saison qui s’annonce probablement comme ma préférée (pourtant la saison 4 semblait indétronable pour moi), pas encore remise de mes émotions avec Smells Like Teen Spirit (à un moment mon obsession avec In My Veins va devoir s’arrêter) qu’on nous sert une Stana Katic brillantissime et le retour du grand méchant. Bref, de l’émotion et du frisson mais surtout beaucoup de plaisir à regarder In the Belly of the Beast.

Points forts:

– Stana Katic, a qui on devrait balancer des Emmys à longueur de temps

– La musique de Robert Duncan, juste magnifique

– La scène où Kate écrit la lettre pour Castle

Points faibles:

– Retour prévisible de Bracken

– Malgré la torture etc on ne craint jamais vraiment pour Beckett

Rendez vous dans deux semaines pour le prochain épisode :

I run this website to share my love for TV shows. I'm a French native but I write in English to challenge myself to write few articles every week and at least I write about something I'm passionate about :)

Leave a Reply